Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Je n’arrive pas à répliquer’ Category

Beaucoup de personnes ont, dans un premier temps, du mal à contre-manipuler. C’est tout à fait normal car il y a des barrières à lever, des blocages à dépasser. Voyons lesquels :

1. Elles ont de la difficulté à sortir de la justification, ce qui est lié à un manque d’estime de soi et les empêche d’adopter un comportement assertif (ni « paillasson », ni « hérisson »).

Le comportement assertif (ou assertivité) est la capacité à exprimer et défendre ses droits et ses besoins en respectant ceux des autres. Elle se traduit par une attitude ferme face aux événements et aux situations, selon qu’on les considère comme acceptables ou non, et permet de développer des relations plus harmonieuses.

Assertivité : prise de conscience et affirmation de ses limites.

2. Elles sont vite prises au piège de la culpabilité :

Dans cet exemple, le piège se referme car la culpabilité est activée et les valeurs utilisées sans vergogne :

Votre amie Marianne, seule et dépressive, vous reproche de ne pas l’avoir invitée à votre dernier dîner de ce soir (n’oubliez pas son but) :

– Quand tu étais mal, moi, je te présentais mes amis ; toi, tu me laisses tomber.

– Mais non, je ne te laisse pas tomber…

– Si, je le vois bien, je suis dégoûtée, je me sens tellement mal, j’ai peur de faire une bêtise.

– Mais qu’est-ce que tu racontes ? Je passerai te voir demain, tu veux bien ?

– Moi qui croyais que j’étais ton amie !

– Mais tu es mon amie !

– Tu as une drôle de façon de me le prouver !

– Je t’ai dit que je passerai demain…

– Demain, qui sait, ce sera peut-être trop tard !

Et là, votre culpabilité est à son comble, vous l’invitez !

En ne vous laissant pas culpabiliser, la contre-manipulation va s’avérer efficace. Reprenons le dialogue précédent :

– Quand tu étais mal, moi, je te présentais mes amis ; toi, tu me laisses tomber.

– Ce n’est pas parce que je ne t’ai pas invitée à dîner que je te laisse tomber. Quand tu as besoin de me parler au téléphone ou de passer à la maison, je suis là.

– Oui, mais c’est le minimum que puisse faire une amie.

– Si tu n’accordes pas de valeur à ce que je t’apporte, c’est dommage. J’ai l’impression que tu exiges de moi un remboursement de ce que tu as fait pour moi.

– Non, mais, pour toi, ce n’était pas grand-chose de rajouter un couvert de plus. Pour moi, ça comptait énormément.

– Tu comptabilises avec tes critères ce que les autres doivent faire pour toi. J’en suis vraiment peinée pour toi.

Cette façon de répondre désamorce les leviers et laisse peu à peu cette amie manipulatrice à court d’arguments. A un moment il faudra peut-être quand même utiliser la technique du disque rayé !

3. Elles sont vite prises au piège de leurs croyances :

Que le manipulateur utilise l’une de leurs croyances (exemple :  S’il me quitte, je ne suis plus rien !) comme levier et le tour est joué ! Le piège est refermé, pas d’échappatoire.

Si le manipulateur dit : Tu veux partir ? Et bien pars, je te rappelle que c’est moi qui subviens aux besoins du foyer, je travaille beaucoup et c’est grâce à moi s’il y a assez d’argent pour que madame puis rester à la maison et s’occuper des enfants ! Et tu feras quoi après, tu ne sais rien faire, tu t’imagines que tu vas trouver un boulot comme ça ?! Tu rêves, redescends sur Terre !

Le manipulateur a joué sur la peur de la victime de ne pas y arriver sans lui et, au passage, il l’humilie en la traitant de bonne à rien ! La croyance de l’épouse une fois activée, amplifiée, celle-ci restera encore près de lui car elle ne peut pas se projeter dans un futur dans lequel elle s’en sortira.

4. Elles ne veulent pas faire du mal ! En réalité, il faut savoir que bien souvent le manipulateur ne pense pas un mot de ce qu’il dit : ce qui l’intéresse c’est uniquement de vous blesser en appuyant où ça fait mal car il manque d’éthique et n’a aucun scrupule. Alors il convient de vous libérer l’esprit, vous ne leur ferez pas de mal, au sens où on l’entend habituellement.

Exemple : s’il vous dit : Tu ne vas tout de même pas sortir dans cette tenue ?

Cela peut vous blesser et vous risquer d’aller vous changer… mais si vous répondez « Pourtant, je me trouve assortie au pingouin qui m’accompagne !  » il ne sera pas blessé, il s’en fiche ! En revanche, il voit que vous ne vous laissez ni intimider, ni influencer, ni dominer et qu’il est renvoyé dans ses cordes. Il y a fort à parier qu’il n’ait rien à répondre à une telle réplique !

5. Elles ont du mal à simuler l’indifférence surtout si elles se sentent horriblement tiraillées à l’intérieur, ce qui est aussi lié, là encore, au système de croyances et aux valeurs.

Exemple : s’il vous dit : Tu ne vas tout de même pas sortir dans cette tenue ?

Le manipulateur n’a pas besoin de savoir que vous êtes blessée. Il est vivement conseillé de ne pas lui montrer que vous êtes atteinte car c’est justement le but recherché… Jouez la comédie, faites comme les acteurs : feignez l’indifférence ! Vous finirez par être crédible jusqu’au jour où vous n’aurez plus à feindre car un travail approfondi sur vous-même vous permettra de laisser dire ou de contre-manipuler sans la moindre difficulté !

6. Elles ont peur de devenir comme le manipulateur, un odieux personnage sans vergogne :

Soyez sans crainte ! N’est pas manipulateur qui veut ! En outre, essayez de répondre à ces trois questions.

1. Pensez-vous qu’apprendre le chinois ferait de vous une chinoise, culturellement ?

2. Pensez-vous qu’apprendre à travailler le bois vous obligerait à devenir ébéniste de métier ?

3. Pensez-vous qu’apprendre à tirer au pistolet ferait de vous un meurtrier ?

Comprenez-vous où je veux en venir ? Vous êtes qui vous êtes, mais dans mes trois exemples, vous saurez respectivement mieux vous diriger et vous faire comprendre en Chine, construire une cabane dans les bois et vous défendre contre un ours qui vous attaque !

Savoir utiliser les bons outils dans les bonnes situations est simplement un signe d’adaptabilité et de discernement qui n’enlève rien à votre respectabilité, vos valeurs et votre noblesse de cœur ! Vous n’allez sûrement pas vous mettre à parler chinois avec un ours pour négocier votre vie ou tirer au pistolet sur un chinois qui vous indique votre chemin !

À retenir :

C’est moins l’interlocuteur qui vous bloque que votre culpabilité, votre système de valeurs, vos croyances et le rôle que l’on vous a assigné depuis votre enfance qui fonctionnent comme des pièges redoutables.

Clé :

« Oubliez » vos valeurs, vos croyances (en présence d’un manipulateur exclusivement) car un manipulateur n’a que faire de votre noblesse d’esprit ! L’indifférence est l’arme absolue pour débrancher sa rage contre vous et vous en protéger. Dans un premier temps, il faut la simuler, en cachant ce qui se passe à l’intérieur de vous et en vous exerçant à la contre-manipulation. Cela vous dégagera peu à peu de l’emprise. Bientôt grâce à un travail approfondi sur l’estime de vous-même et l’affirmation de vous, la contre-manipulation sera facile car vous serez devenue réellement indifférente à ce type d’attaques perfides.

Publicités

Read Full Post »