Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Que faire si je découvre un PN ?’ Category

Vous venez de découvrir qu’il est manipulateur… Que faire ?

Dans cette rubrique, nous partirons du principe que la victime est en couple et qu’elle vient de découvrir que son conjoint est manipulateur. Jusque-là, elle n’avait pas conscience de ce qu’elle vivait.

Il n’y a que deux solutions face à un pervers narcissique !

Si vous vous coupez avec un couteau, que la plaie est profonde, en attendant de vous faire poser des points de suture, choisissez de colmater, puis allez chez le médecin, plutôt que de pisser le sang, jusqu’à être exsangue.

Cette image illustre bien que si vous n’êtes pas médecin, vous ne ferez pas un travail aussi précis et propre que lui pour éviter la dégradation de la plaie. Il en est de même pour répondre à un manipulateur.

La première solution (invivable à terme) : rester et se soumettre, accepter la domination en ayant conscience d’aller, à plus ou moins brève échéance, vers la destruction. Bien sûr, vous pouvez, si vous en avez la force et le courage, mettre en place des techniques de contre-manipulation telles que préconisées par Mme Nazare-Aga : commencez déjà par faire le deuil d’une communication idéale, même juste « normale ».

Etablissez une communication floue et superficielle consistant à ne pas s’engager. Ces techniques permettent de désamorcer la crise et parfois de piéger l’agresseur. Ne craignez rien, il ne s’agit pas de devenir manipulateur à votre tour ; d’ailleurs, manipuler au sens où on l’entend chez le pervers narcissique est un « art » que vous n’apprendrez probablement jamais. Contre-manipuler consiste simplement à s’adapter à chaque instant au manipulateur pour s’en protéger. Malgré les apparences, c’est épuisant et peut entraîner des troubles psychosomatiques comme réponses à l’agression.

Comprenez bien que contre-manipuler n’est pas chercher à discuter (ce qui est vain) ou à battre le manipulateur sur son propre terrain (ce qui est impossible). C’est se redresser intérieurement, c’est faire face de manière à LE désamorcer, surtout en public, lorsqu’il est habituellement en position de domination absolue.

La contre-manipulation est une attitude à adopter d’abord pour vous et non pas contre lui !

Retenez que c’est une solution transitoire, en attendant de passer, si possible, à...

La deuxième solution, la plus raisonnable et la plus salutaire : partir, se libérer et se réparer. L’entreprise est très difficile, car cela ne peut se faire que dans la douleur et la culpabilité, sachant que le bourreau n’abandonne jamais sa victime sans réagir. Mais c’est le seul moyen de guérir, de se retrouver, en sortant du piège et en le dénonçant.

Lorsque la victime décide de combattre, elle doit s’attendre à « entrer en guerre » : il lui faut abandonner son idéal de tolérance, admettre que son adversaire présente un trouble du comportement dangereux pour elle et les siens ; il ne faut plus chercher d’explications à tout prix : c’est être amené à se justifier sans en avoir besoin, c’est acculer l’autre à des agressions de plus en plus destructrices.

Il faut résister psychologiquement, c’est là qu’il est utile pour elle de faire partie d’un groupe de soutien où elle se sentira écoutée, entendue, comprise.

Il faut parfois faire intervenir la justice. Votre cas ne s’apparente à aucun autre cas, vous aurez à lutter contre l’incompréhension, y compris celles des magistrats, sachez vous entourer, soyez vigilante et attentive, il y va de la réussite de votre procès.

Vous n’avez rien à attendre de votre adversaireun individu pervers est constamment pervers, il est fixé dans ce mode de relation à l’autre et ne se remet en question à aucun moment-, aucun compromis n’est possible, il vous faut devenir attaquant, agir, parler, sortir de l’isolement. Comme le préconise Mme Hirigoyen, il faudrait obtenir des ordonnances juridiques rigides interdisant tout contact entre les deux parties ; ce qu’aux USA et au Canada ils appellent « protectives orders » ou « peace bonds », ce sont des mesures de protection obligeant le harceleur à un code de bonne conduite, il peut même se voir interdire tout contact avec la victime et sa famille, et être obligé de rester à une certaine distance de sa maison, son lieu de travail ou son école.

Il vous faudra du courage, beaucoup de courage, et des appuis, tous les appuis que vous pourrez obtenir car vous aurez besoin d’être soutenue, épaulée, encouragée et crue. En outre, n’hésitez pas à porter plainte si nécessaire (acte enregistré, dont vous gardez une copie), c’est préférable à la main courante, qui n’a pas valeur de preuve en justice.

Read Full Post »

Retrouver une bonne estime de soi est une autre étape dans le processus de libération.

Apprendre à contre-manipuler est nécessaire mais pas suffisant !

Toute personne ayant subi les pressions d’un manipulateur manque d’estime d’elle-même avant la rencontre avec le harceleur. Cependant, le harcèlement constant dont elle est l’objet l’affaiblit plus encore et ce d’autant plus que le manipulateur est proche et que la relation dure longtemps.

La victime est généralement plus réceptive que d’autres personnes aux compliments ou à la critique. C’est pourquoi au cours de la phase de séduction, la valorisation et les compliments la galvanisent autant que les critiques la minent et la détruisent dans la phase de déstabilisation.

Si vous êtes trop sensible au jugement des autres, vous êtes d’emblée en position de « soumission potentielle » : vous orienterez vos choix en fonction des encouragements, du soutien et de la valorisation ou, au contraire, en fonction des tentatives de dissuasion et dévalorisation.

Plus les opinions des autres ont de l’importance pour vous, en particulier celles qui concernent votre personnalité et vos choix de vie, plus vous êtes une proie idéale.

Vous avez peut-être la confirmation que la source de l’emprise est bien liée à votre enfance, mais ne négligez pas l’état dans lequel vous étiez lors de la rencontre avec le manipulateur. Peut-être que :

• vous étiez (trop) seule depuis (trop) longtemps

• vous étiez fragilisée (par des problèmes de travail, une rupture récente, un deuil, un déménagement récent, etc.)

• vous vous êtes laissée influencer par des amis malgré un malaise diffus

• vous aviez besoin de frissons

• vous rêviez d’une vie palpitante

• vous rêviez du prince charmant

• vous aviez besoin d’une relation

• etc…

Pour (re)construire et consolider cette estime de soi, souvent, une thérapie s’impose.

Il est nécessaire que vous soyez reconnue par le thérapeute comme victime, au départ. Puis vous devez reconnaître la part de responsabilité qui vous incombe, aussi petite soit-elle. Le thérapeute vous aidera d’autant mieux qu’il axera le travail sur les 3 pôles : amour de soi, vision de soi et confiance en soi, les fondations de l’estime de soi !

L’affirmation de soi est un autre aspect à travailler, pour parler et agir tranquillement, sans être ni paillasson, ni hérisson, c’est l’assertivité !

Il sera également utile de clarifier vos croyances limitantes. Pourquoi ?

Un manipulateur connaît l’art de vous culpabiliser en utilisant vos propres croyances limitantes qu’il n’a aucun mal à détecter. Il semble être équipé d’un radar pour reconnaître dans une soirée LA personne la plus facilement culpabilisante, LA moins à l’aise, LA plus gentille…. LA PROIE TANT RECHERCHÉE !

Si vous décidez par exemple de ne pas l’aider sur un dossier sur lequel vous vous êtes engagée, d’instinct il sait qu’il pourra vous dire « tu t’es engagée… les gens qui changent d’avis ne sont pas fiables ! »  sans que vous n’osiez le contredire. Il sent que cela vous fera fléchir. Cela dit, si vous parvenez à maintenir votre position, alors qu’un changement d’avis l’arrangerait, il n’aura aucun scrupule à dire « il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ! » si ça peut le servir. Ses messages paradoxaux ne le gênent nullement.

D’où l’intérêt de renforcer votre autonomie, votre indépendance d’esprit ! Cela vous permettra d’assumer en particulier vos changements d’avis, vos hésitations, vos refus.

Bénéfices du travail sur soi :

Une fois suffisamment sûre de vous, quand il faudra faire et assumer un choix ou exprimer un point de vue, les tentatives de manipulation se heurteront à votre solidité intérieure. Lorsqu’une personne tentera de vous faire dévier de vos projets, de vous convaincre de faire quelque chose qui, au fond, ne vous convient pas, elle n’aura plus de prise.

Capable d’identifier clairement vos besoins, vous saurez vous faire confiance. Bien sûr, il est toujours utile d’entendre les points de vue d’autrui. Avoir une vision plus globale permet de vérifier si vous avez bien envisagé les différentes possibilités, conséquences etc. de votre décision, mais c’est bien à vous que doit toujours revenir la décision finale. Votre intuition vous dit NON ? Dites NON. Si votre interlocuteur est un manipulateur, il sera probablement très contrarié, mais au moins serez-vous en accord avec vous-même ! Et c’est bien cela qui compte !

Read Full Post »

Beaucoup de personnes ont, dans un premier temps, du mal à contre-manipuler. C’est tout à fait normal car il y a des barrières à lever, des blocages à dépasser. Voyons lesquels :

1. Elles ont de la difficulté à sortir de la justification, ce qui est lié à un manque d’estime de soi et les empêche d’adopter un comportement assertif (ni « paillasson », ni « hérisson »).

Le comportement assertif (ou assertivité) est la capacité à exprimer et défendre ses droits et ses besoins en respectant ceux des autres. Elle se traduit par une attitude ferme face aux événements et aux situations, selon qu’on les considère comme acceptables ou non, et permet de développer des relations plus harmonieuses.

Assertivité : prise de conscience et affirmation de ses limites.

2. Elles sont vite prises au piège de la culpabilité :

Dans cet exemple, le piège se referme car la culpabilité est activée et les valeurs utilisées sans vergogne :

Votre amie Marianne, seule et dépressive, vous reproche de ne pas l’avoir invitée à votre dernier dîner de ce soir (n’oubliez pas son but) :

– Quand tu étais mal, moi, je te présentais mes amis ; toi, tu me laisses tomber.

– Mais non, je ne te laisse pas tomber…

– Si, je le vois bien, je suis dégoûtée, je me sens tellement mal, j’ai peur de faire une bêtise.

– Mais qu’est-ce que tu racontes ? Je passerai te voir demain, tu veux bien ?

– Moi qui croyais que j’étais ton amie !

– Mais tu es mon amie !

– Tu as une drôle de façon de me le prouver !

– Je t’ai dit que je passerai demain…

– Demain, qui sait, ce sera peut-être trop tard !

Et là, votre culpabilité est à son comble, vous l’invitez !

En ne vous laissant pas culpabiliser, la contre-manipulation va s’avérer efficace. Reprenons le dialogue précédent :

– Quand tu étais mal, moi, je te présentais mes amis ; toi, tu me laisses tomber.

– Ce n’est pas parce que je ne t’ai pas invitée à dîner que je te laisse tomber. Quand tu as besoin de me parler au téléphone ou de passer à la maison, je suis là.

– Oui, mais c’est le minimum que puisse faire une amie.

– Si tu n’accordes pas de valeur à ce que je t’apporte, c’est dommage. J’ai l’impression que tu exiges de moi un remboursement de ce que tu as fait pour moi.

– Non, mais, pour toi, ce n’était pas grand-chose de rajouter un couvert de plus. Pour moi, ça comptait énormément.

– Tu comptabilises avec tes critères ce que les autres doivent faire pour toi. J’en suis vraiment peinée pour toi.

Cette façon de répondre désamorce les leviers et laisse peu à peu cette amie manipulatrice à court d’arguments. A un moment il faudra peut-être quand même utiliser la technique du disque rayé !

3. Elles sont vite prises au piège de leurs croyances :

Que le manipulateur utilise l’une de leurs croyances (exemple :  S’il me quitte, je ne suis plus rien !) comme levier et le tour est joué ! Le piège est refermé, pas d’échappatoire.

Si le manipulateur dit : Tu veux partir ? Et bien pars, je te rappelle que c’est moi qui subviens aux besoins du foyer, je travaille beaucoup et c’est grâce à moi s’il y a assez d’argent pour que madame puis rester à la maison et s’occuper des enfants ! Et tu feras quoi après, tu ne sais rien faire, tu t’imagines que tu vas trouver un boulot comme ça ?! Tu rêves, redescends sur Terre !

Le manipulateur a joué sur la peur de la victime de ne pas y arriver sans lui et, au passage, il l’humilie en la traitant de bonne à rien ! La croyance de l’épouse une fois activée, amplifiée, celle-ci restera encore près de lui car elle ne peut pas se projeter dans un futur dans lequel elle s’en sortira.

4. Elles ne veulent pas faire du mal ! En réalité, il faut savoir que bien souvent le manipulateur ne pense pas un mot de ce qu’il dit : ce qui l’intéresse c’est uniquement de vous blesser en appuyant où ça fait mal car il manque d’éthique et n’a aucun scrupule. Alors il convient de vous libérer l’esprit, vous ne leur ferez pas de mal, au sens où on l’entend habituellement.

Exemple : s’il vous dit : Tu ne vas tout de même pas sortir dans cette tenue ?

Cela peut vous blesser et vous risquer d’aller vous changer… mais si vous répondez « Pourtant, je me trouve assortie au pingouin qui m’accompagne !  » il ne sera pas blessé, il s’en fiche ! En revanche, il voit que vous ne vous laissez ni intimider, ni influencer, ni dominer et qu’il est renvoyé dans ses cordes. Il y a fort à parier qu’il n’ait rien à répondre à une telle réplique !

5. Elles ont du mal à simuler l’indifférence surtout si elles se sentent horriblement tiraillées à l’intérieur, ce qui est aussi lié, là encore, au système de croyances et aux valeurs.

Exemple : s’il vous dit : Tu ne vas tout de même pas sortir dans cette tenue ?

Le manipulateur n’a pas besoin de savoir que vous êtes blessée. Il est vivement conseillé de ne pas lui montrer que vous êtes atteinte car c’est justement le but recherché… Jouez la comédie, faites comme les acteurs : feignez l’indifférence ! Vous finirez par être crédible jusqu’au jour où vous n’aurez plus à feindre car un travail approfondi sur vous-même vous permettra de laisser dire ou de contre-manipuler sans la moindre difficulté !

6. Elles ont peur de devenir comme le manipulateur, un odieux personnage sans vergogne :

Soyez sans crainte ! N’est pas manipulateur qui veut ! En outre, essayez de répondre à ces trois questions.

1. Pensez-vous qu’apprendre le chinois ferait de vous une chinoise, culturellement ?

2. Pensez-vous qu’apprendre à travailler le bois vous obligerait à devenir ébéniste de métier ?

3. Pensez-vous qu’apprendre à tirer au pistolet ferait de vous un meurtrier ?

Comprenez-vous où je veux en venir ? Vous êtes qui vous êtes, mais dans mes trois exemples, vous saurez respectivement mieux vous diriger et vous faire comprendre en Chine, construire une cabane dans les bois et vous défendre contre un ours qui vous attaque !

Savoir utiliser les bons outils dans les bonnes situations est simplement un signe d’adaptabilité et de discernement qui n’enlève rien à votre respectabilité, vos valeurs et votre noblesse de cœur ! Vous n’allez sûrement pas vous mettre à parler chinois avec un ours pour négocier votre vie ou tirer au pistolet sur un chinois qui vous indique votre chemin !

À retenir :

C’est moins l’interlocuteur qui vous bloque que votre culpabilité, votre système de valeurs, vos croyances et le rôle que l’on vous a assigné depuis votre enfance qui fonctionnent comme des pièges redoutables.

Clé :

« Oubliez » vos valeurs, vos croyances (en présence d’un manipulateur exclusivement) car un manipulateur n’a que faire de votre noblesse d’esprit ! L’indifférence est l’arme absolue pour débrancher sa rage contre vous et vous en protéger. Dans un premier temps, il faut la simuler, en cachant ce qui se passe à l’intérieur de vous et en vous exerçant à la contre-manipulation. Cela vous dégagera peu à peu de l’emprise. Bientôt grâce à un travail approfondi sur l’estime de vous-même et l’affirmation de vous, la contre-manipulation sera facile car vous serez devenue réellement indifférente à ce type d’attaques perfides.

Read Full Post »

Quizz 3

Pour chaque situation des exercices 9 à 12 de la page Exercices de contre-manipulation, je vous propose 3 ou 4 réponses, dont l’une est une réponse de contre-manipulation la plus adaptée et l’une d’elle est la moins bonne. Découvrez quelle phrase est la plus contre-manipulatoire, quelle phrase est la moins contre-manipulatoire et essayez de voir en quoi elles répondent ou non aux critères de contre-manipulation.

9. Un mari manipulateur dit à sa femme, le matin au lever du lit : Tu as une haleine de chacal ma pauvre !

a. Aussi mauvaise que l’odeur de tes pieds ?

b. Je vais me brosser les dents. Excuse-moi !

c. D’où connais-tu l’odeur du chacal ?

d. Tu as déjà fait dans la zoophilie ?

Réponse à éviter : Je vais me brosser les dents. Excuse-moi ! (pas d’excuse, personne n’a une haleine qui sent bon la rose au réveil, même si cela varie d’une personne à l’autre)

Réponse adaptée : Tu as déjà fait dans la zoophilie ? (de l’humour, de l’humour ! et ne pas donner prise, toujours faire comme si vous ne vous sentiez pas concerné)

10. Une mère manipulatrice à l’un de ses fils : Quand je pense que je n’ai pas divorcé à cause de vous !

a. Et papa… il est au courant ?

b. Tu l’as choisi !

c. Ce n’est pas gentil de ta part de me dire une chose pareille !

Réponse à éviter : Ce n’est pas gentil de ta part de me dire une chose pareille ! (elle le sait parfaitement, s’en plaindre ne fait que renforcer sa position)

Réponse adaptée : Et papa… il est au courant ? (il y a risque que soit révélée au père la « vraie » raison d’une si longue union)

11. Un mari manipulateur répond à sa femme qui dit avoir décroché un entretien pour un poste : Comme femme de ménage, je suppose !

a. Bravo, quelle perspicacité !

b. Tu crois vraiment que je ne peux pas faire mieux ?

c. Qui sait ?

Réponse à éviter : Tu crois vraiment que je ne peux pas faire mieux ? (oui, il l’insinue et cette réponse lui permettrait de continuer l’humiliation!)

Réponse adaptée : Bravo, quelle perspicacité ! (signifie qu’on est très détaché de ses sarcasmes humiliants)

12. Un père manipulateur dit à son fils qui dit vouloir poursuivre ses études : Ce que tu peux être prétentieux !

a. Les chiens ne font pas des chats !

b. Je vais essayer, tu pourrais m’encourager !

c. J’ai été à la bonne école !

d. La prétention… ça non, je te l’ai laissée !

Réponse à éviter : Je vais essayer, tu pourrais m’encourager ! (ça n’arrivera pas, le père est manipulateur; lui dire cela c’est lui donner le bâton pour se faire battre plus encore)

Réponse adaptée : Les chiens ne font pas des chats ! (cette réponse est une bonne réponse qui montre du détachement et empêche l’emprise !)

Réponse adaptée : J’ai été à la bonne école ! (idem)

Réponse adaptée : La prétention… ça non, je te l’ai laissée ! (idem)

Read Full Post »

Quizz 2

Pour chaque situation des exercices 5 à 8 de la page Exercices de contre-manipulation, je vous propose 3 ou 4 réponses, dont l’une est une réponse de contre-manipulation la plus adaptée et l’une d’elle est la moins bonne. Découvrez quelle phrase est la plus contre-manipulatoire, quelle phrase est la moins contre-manipulatoire et essayez de voir en quoi elles répondent ou non aux critères de contre-manipulation.

5. Un père manipulateur dit à sa fille : Vu comme tu es, comment veux-tu trouver un mari…?

a. Vu comme je suis… c’est-à-dire ?

b. Maman t’as bien épousé, toi !

c. Chacun ses goûts !

d. Trouver un mari n’est pas mon but dans la vie

Réponse à éviter : Vu comme je suis… c’est-à-dire ? (ne jamais demander des précisions pour savoir quels sont vos supposés « travers ».)

Réponse adaptée : Maman t’a bien épousée, toi ! (ainsi, vous ne donnez pas prise à ses propos et vous le renvoyez dans ses cordes)

6. Un mari manipulateur dit à sa, femme qui n’a aucune envie d’aller jouer au tennis avec lui : Tu étais contente que je t’invite au restaurant hier, tu pourrais au moins m’accorder cette faveur !

a. Je ne vois pas le rapport !

b. Je pourrais, en effet !

c. Si on joue juste une heure, d’accord !

Réponse à éviter : Si on joue juste une heure, d’accord ! (vous venez de céder par le chantage affectif : il recommencera)

Réponse adaptée : Je pourrais, en effet ! (sous-entendu : ce n’est pas parce que je pourrais, que je le ferai, donc c’est NON)

7. Une femme manipulatrice dit à son mari : Ta mère est tout à fait autonome. Inutile d’aller déjeuner chez elle une fois par semaine !

a. Justement, si elle ne l’était pas, j’irais 3 fois par semaine !

b. Pourquoi pas ?

c. Quand j’y vais, tu travailles. Ça ne te dérange pas, si ?

d. Je te remercie de ta sollicitude, mais il se trouve que j’ai envie d’y aller !

Réponse à éviter : Quand j’y vais, tu travailles. Ça ne te dérange pas, si ? (vous donnez l’occasion pour une argumentation en votre défaveur : à éviter !)

Réponse adaptée : Je te remercie de ta sollicitude, mais il se trouve que j’ai envie d’y aller ! (le remerciement et le positionnement ferme montrent que l’on n’a aucune emprise sur vous)

8. Une sœur manipulatrice A à sa sœur B, en pique nique. B a tout apporté et tout préparé. Il manque juste le sel ! : Tu ne penses jamais à rien ma pauvre fille !

a. Pardon, je ne sais pas comment je me suis arrangée, pourtant, il était bien en vue sur la table !

b. Jamais, c’est bien connu !

c. Pour le prochain pique-nique, je te laisserai préparer !

d. Pauvre, pauvre…. je ne trouve pas !

Réponse à éviter : Pardon, je ne sais pas comment je me suis arrangée, pourtant, il était bien en vue sur la table ! (vous vous remettez en question en lui donnant raison alors qu’elle vient juste de vous dévaloriser !)

Réponse adaptée : Jamais, c’est bien connu ! (vous allez dans son sens justement parce que ce n’est pas vrai !)

Read Full Post »

Quizz 1

Pour chaque situation des exercices 1 à 4 de la page Exercices de contre-manipulation, je vous propose 3 ou 4 réponses, dont l’une est une réponse de contre-manipulation la plus adaptée et l’une d’elle est la moins bonne. Découvrez quelle phrase est la plus contre-manipulatoire, quelle phrase est la moins contre-manipulatoire et essayez de voir en quoi elles répondent ou non aux critères de contre-manipulation.

1. Un manipulateur, au moment de sortir à une soirée, dit à sa femme : Tu ne vas tout de même pas sortir habillée ainsi ?

a. Et toi, tu ne vas tout de même pas sortir dans cette tenue !

b. Attends de voir quand j’aurai mis ma perruque !!!

c. Pourquoi, ça ne me va pas ?

d. Pourtant, je me trouve assortie au pingouin qui m’accompagne !

Réponse à éviter : Pourquoi, ça ne me va pas ? (celle-ci apporte de l’eau à son moulin : vous vous remettez en question en lui donnant raison!)

Réponse adaptée : Pourtant, je me trouve assortie au pingouin qui m’accompagne ! (vous montrez que vous n’êtes pas touchée et le renvoyez à son image)

2. Une mère manipulatrice dit à sa fille : Tu as obtenu ce poste? Toi ?

a. Non la voisine !

b. Tu insinues que je ne peux pas obtenir un tel poste ?

c. Oui, moi !

Réponse à éviter : Tu insinues que je ne peux pas obtenir un tel poste ? (oui, elle l’insinue, c’est évident, donc cette réponse-là lui permet de remettre une couche dans l’humiliation !)

Réponse adaptée : Non la voisine ! (vous montrez votre total dégagement avec l’humour)

3. Un homme manipulateur, qui ne fait jamais à manger, dit à sa femme : Ton repas est dégueulasse, tu n’es pas foutue de faire un truc correct à manger !

a. Meilleur que les tiens quand même !

b. Je suis désolée, je n’ai pas eu le temps de m’appliquer.

c. C’est ma nouvelle manière de montrer mon amour

d. Tu n’es pas obligé de manger !

Réponse à éviter : Je suis désolée, je n’ai pas eu le temps de m’appliquer (vous vous remettez en question en lui donnant raison alors qu’il vient déjà de vous humilier !)

Réponse adaptée : C’est ma nouvelle manière de montrer mon amour (une réponse floue, sujette à interprétation, typique de la contre-manipulation)

4. Une femme manipulatrice, au lit, alors que les câlins commencent, dit à son homme : Si tu ne me donnes pas un orgasme ce soir, j’irai voir ailleurs…

a. Tu peux déjà y aller !

b. Mais tu sais bien que je fais toujours tout ce que tu me demandes !

c. Pareil pour toi !

d. Quel genre d’épouse es-tu pour traiter ton mari ainsi ?

Réponse à éviter : Mais tu sais bien que je fais toujours tout ce que tu me demandes ! (ne pas vous dévaloriser en montrant que vous êtes obéissant)

Réponse adaptée : Pareil pour toi ! (montre que vous n’êtes pas sensible à la menace et que vous aussi vous pouvez en faire autant : aller voir ailleurs)

Si vous avez une meilleure réponse que celles proposées, ou si vous avez des situations proposées, n’hésitez pas à m’en faire part.

Read Full Post »

Contre-manipuler oui, mais comment faire ? Afin que vous commenciez à toucher du doigt la technique pour ressentir ce qui se passe en vous, je vous propose un petit entraînement.

Ces exercices pratiques ont pour but de vous familiariser peu à peu avec cette stratégie de réponse, dans le réel. Connaître les règles ne suffit pas. Il vous suffit d’essayer de répondre aux attaques perfides ci-dessous pour vous rendre compte que même devant un écran ce n’est pas facile, alors face au manipulateur, l’estomac noué, c’est encore pire !

Voici des exemples de phrases, toutes dites par un manipulateur ou une manipulatrice, dans l’intention de déstabiliser, culpabiliser ou contraindre l’interlocuteur à faire quelque chose qu’il ne souhaite pas !

A chacune d’elles, imaginez ce que vous répondriez, si vous tentiez de contre-manipuler.

N’hésitez pas à vous référer aux règles en vous aidant des pages « Comment contre-manipuler 1 » et « Comment contre-manipuler 2« .

Si vous avez des difficultés, les articles « Quizz 1 » (pour les 4 premières mises en situation), « Quizz 2 » (pour les 4 mises en situation suivantes) et « Quizz 3 » (pour les 4 dernières mises en situation) vous proposent des réponses, mais toutes ne sont pas bonnes. Certaines sont des réponses de contre-manipulation et d’autres sont les réponses classiques données par les victimes qui cherchent à se justifier, se défendre etc.

Vous trouverez, pour chaque cas, des explications sur la pertinence des réponses à adopter.

1. Un manipulateur, au moment de sortir à une soirée, dit à sa femme : Tu ne vas tout de même pas sortir habillée ainsi ?

2. Une mère manipulatrice dit à sa fille : Tu as obtenu ce poste ? Toi ?

3. Un homme manipulateur, qui ne fait jamais à manger, dit à sa femme : Ton repas est dégueulasse, tu n’es pas foutue de faire un truc correct à manger !

4. Une femme manipulatrice, au lit, alors que les câlins commencent, dit à son homme : Si tu ne me donnes pas un orgasme ce soir, j’irai voir ailleurs…

Pour vous aider à répondre dans les 4 situations suivantes, vous pouvez vous inspirer des réponses proposées pour les 4 premières, dans l’article Quizz 1.

5. Un père manipulateur dit à sa fille : Vu comme tu es, comment veux-tu trouver un mari…

6. Un mari manipulateur dit à sa, femme qui n’a aucune envie d’aller jouer au tennis avec lui : Tu étais contente que je t’invite au restaurant hier, tu pourrais au moins m’accorder cette faveur !

7. Une femme manipulatrice dit à son mari : Ta mère est tout à fait autonome. Inutile d’aller déjeuner chez elle une fois par semaine !

8. Une sœur manipulatrice A à sa sœur B, en pique nique. B a tout apporté et tout préparé. Il manque juste le sel ! : Tu ne penses jamais à rien ma pauvre fille !

Aide pour les situations 5 à 8 dans Quizz 2.

9. Un mari manipulateur dit à sa femme, le matin au lever du lit : Tu as une haleine de chacal ma pauvre !

10. Une mère manipulatrice à l’un de ses fils : Quand je pense que je n’ai pas divorcé à cause de vous !

11. Un mari manipulateur répond à sa femme qui dit avoir décroché un entretien pour un poste : Comme femme de ménage, je suppose !

12. Un père manipulateur dit à son fils qui dit vouloir poursuivre ses études : Ce que tu peux être prétentieux !

Aide pour les situations 5 à 8 dans Quizz 3.

Read Full Post »

Older Posts »