Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Le suicide n’est pas la solution’ Category

Le PN serait-il un meurtrier en série ?

Si sa victime se suicide, alors le meurtre est parfait… il pourra même jouer le veuf éploré, attendrissant son entourage crédule, avant de tourmenter une nouvelle proie.

Les personnes qui ont partagé longtemps leur intimité avec un PN, plus encore si ces personnes sont hypersensibles, sont quasiment toutes passées par une dépression -visible ou cachée- et bien souvent, elles ont été traversées par des idées morbides entêtantes.

Il arrive un moment, dans la relation avec un PN, où le suicide, devient la seule perspective pour faire cesser les souffrances. Pourquoi ? Car comme je le dis dans un autre article, le quitter est une tâche compliquée : avoir enfin compris que l’on vit avec un être destructeur est une étape, mais pour s’en extirper, encore faut-il trouver la force que le PN nous a justement volée. Chaque attaque replonge la victime dans le désarroi et, bien souvent, très paradoxalement, elle n’imagine pas sa vie sans son prédateur. A force, certaines ne s’en relèvent plus et peuvent aller jusqu’à se suicider…. MAIS, DE GRÂCE, SI CELA VOUS TRAVERSE… pensez à la Vie !

Comme le dit Jean-Charles Bouchoux : nombre des victimes de pervers sont à la recherche de leur image, dans une quête d’amour incessante, pas tant dans leur cœur que dans le regard de l’autre. Le pervers les entraîne vers la dépression ou la violence. La dépression est un retournement contre soi de la violence qu’engendrent paradoxe et dévalorisation.

Je connais personnellement une femme qui disait, sur la fin de sa relation, peu de temps avant la rupture :

J’irai dormir cet hiver sur un banc et je me laisserai engourdir par le froid, je ne sentirai rien. Je veux juste que cela s’arrête et dormir, pour toujours…

La victime se persuade que c’est le seul moyen de faire cesser la torture et au fond d’elle, elle appelle la mort de tous ses vœux !

S’il est difficile à mettre en place et quelques fois impossible sans aide extérieure, le départ est et doit rester la seule issue, car la vie doit l’emporter. Alors, NE VOUS LAISSEZ PAS ALLER, REVENEZ À LA VIE !

Rompre avec un pervers narcissique est une entreprise compliquée, avec les faux départs inhérents à ce type de relation, mais soyez assuré(e)s qu’il est pourtant possible de partir, définitivement. Je recommande clairement de ne pas se retourner car c’est à ce moment-là que le bourreau vous fera les plus belles promesses et qu’il/elle sera persuasif/ve à un point parfois insoupçonnable.

Rappelez-vous qu’il y a des forums pour en parler et partager, pour lire les témoignages de ceux ou celles qui s’en sont sortis, pour avoir le soutien nécessaire et suffisant d’ex-victimes, qu’il y a des lieux dans votre ville pour vous accueillir et vous diriger vers les bons professionnels. Appuyez-vous dessus.

Alors, on ne le dira jamais assez : LE SUICIDE N’EST PAS LA SOLUTION !!

Read Full Post »