Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Besoins des enfants’ Category

De quoi un enfant a-t-il fondamentalement besoin? Être nourri, changé, lavé ? Certes, mais encore ?

Dès son plus jeune âge, il a d’autres besoins qu’il faut combler : comme celui d’être regardé, touché, encouragé, soutenu, félicité.

Il est impératif qu’il ait des échanges, qu’il soit reconnu comme un être humain à part entière et qu’il reçoive suffisamment d’amour et de reconnaissance personnelle pour développer toute sa personnalité et se faire confiance. Tout ceci doit le préparer à sa vie d’adulte, un adulte qui saura oser, qui saura aimer et se laisser aimer.

Si la déficience en amour, en reconnaissance, en tendresse, est trop importante, cela préparera plus facilement le terrain de la dépendance sur le plan affectif.

Par l’absence presque systématique de ce qui pourrait lui donner confiance en lui, cet enfant grandit avec un gouffre affectif à combler. Il cherchera à calmer sa soif d’affection auprès de partenaires qui ne donnent de l’amour qu’en faible quantité (il recevra des miettes et s’en contentera), ou qui le donnent de la mauvaise manière (il ne sera pas bien traité, ni considéré à sa juste valeur) ou, pire encore, qui ne donnent pas d’amour mais font littéralement preuve de mépris (il ne sera « rien », il ne sera jamais assez bien pour une personne jamais satisfaite quoi qu’il fasse pour lui plaire). Il s’engagera donc probablement vers des partenaires avec lesquels il reproduira inconsciemment les mêmes schémas relationnels que ceux établis avec ses parents, à savoir, des relations basées sur le manque d’amour, de considération, de valorisation, de soutien.

Ainsi, adulte, il tombera facilement dans les filets d’un manipulateur qui, lui, sait parfaitement faire croire à une personne manquant d’estime d’elle-même à quel point elle est une personne merveilleuse. Au moins les premiers temps, dans la phase de séduction !

En outre, au-delà des séquelles liées très directement à son enfance, la personne harcelée, a beaucoup de difficultés à accepter l’idée que son harceleur ne changera pas, qu’il lui manquera toujours de respect (régulièrement) et que parfois même, il en retire un certain plaisir. Ce n’est pas un manque d’intelligence qui l’empêche de l’admettre, mais ses croyances limitantes ou le syndrome du sauveur, ou d’autres raisons moins visibles.

Avez-vous l’impression que ce que vous venez de lire pourrait vous correspondre ? Qu’enfant, vous avez manqué de bonne nourriture affective ? Pour le confirmer, lisez l’article voyage au cœur de votre enfance.

Publicités

Read Full Post »