Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Travailler avec des cons’ Category

Vous pourriez finir par croire que j’aime les mots grossiers en lisant encore un article contenant le mot « con » !

Que nenni ! Je n’aime ni la vulgarité, ni la grossièreté… La vérité est malheureusement plus sordide : sur les problèmes de harcèlement, de conflits et de souffrance en entreprise, les ouvrages actuels semblent converger vers un constat unanime : ceux qui vous font souffrir, souvent des supérieurs hiérarchiques mais pas toujours, sont des CONS qu’il faut repérer, éviter et éradiquer !

« Travailler avec des cons« , est donc le titre très sérieux d’un livre écrit par un auteur qui se fait appeler Tonvoisin Debureau. Voici le mot de l’éditeur sur l’auteur :

Tonvoisin Debureau. Spécialiste international de la connerie en milieu hostile, est diplômé en conologie appliquée et docteur honorifique de multiples institutions à la con. Expert opiniâtre, sévissant à tous les étages pour mieux saisir la connerie en ébullition et ses joyeuses mutations génétiques, ses études et travaux de recherche ont pour terrain principal d’expérimentation Ton-lieu-de-travail.

Ce petit paragraphe donne le ton de l’ouvrage : mordant ! mais plein de vérités cruelles sur les comportements de ceux que l’auteur ne nomment pas (manipulateurs ou pervers narcissiques), mais pourtant les désignent.

L’ouvrage finit sur une liste parlante, tirée d’un site internet et améliorée par l’auteur, dont voici un aperçu.

  • Attendez la fin d’après-midi pour me demander un travail urgent. La pression d’une échéance serrée m’est stimulante.
  • Si le travail à faire est urgent, courez dans mon bureau toutes les dix minutes pour m’interrompre et me demander comment ça avance. Ceci m’aide beaucoup. Mieux ! Restez debout derrière moi à regarder ce que je fais et n’hésitez pas à me donner des conseils sur la façon de procéder.
  • Lorsque vous partez, ne m’en dites rien et ne dites jamais où vous allez. Cela développe ma créativité lorsqu’on me demande où vous êtes.
  • Si j’ai les mains pleines de papiers, de boîtes ou de fournitures, ne m’ouvrez pas la porte. Je dois apprendre à fonctionner sans les mains au cas où je deviendrais paraplégique.
  • Si vous me donnez plusieurs choses à faire, vous n’avez pas besoin de me dire laquelle est prioritaire. Je développe ainsi mes dons de télépathie.
  • Faites de votre mieux pour que je sois obligé(e) de travailler tard le soir. J’adore mon bureau et je n’ai vraiment rien d’autre à faire et nulle part ailleurs où aller. Je n’ai rien, ni personne dans ma vie en dehors de mon travail.
  • Si je fais du bon travail et que vous êtes satisfait, surtout gardez ça secret. Si ça se savait, je pourrais prétendre à une promotion… De toute façon, je ne pourrais pas supporter de travailler pour quelqu’un d’autre que vous.
  • Si je fais une erreur ou quelque chose que vous n’appréciez pas, dîtes-le à tout le monde. J’aime être au centre des conversations. Le fait de parler de mes difficultés à tout le monde m’aide à m’améliorer.
  • Si un travail nécessite des instructions particulières, attendez la toute dernière minute pour me les donner. Ainsi j’aurai le plaisir de  faire, défaire et refaire…
  • Ne me présentez pas aux gens qui vous accompagnent.  Plus tard, lorsque vous me parlerez d’eux, je saurai immédiatement de qui vous parlerez grâce à mon esprit de déduction.
  • Ne soyez gentil avec moi que lorsque le travail que je fais pourrait vraiment changer votre vie professionnelle en vous envoyant en enfer en cas de pépins.
  • Racontez-moi tous vos petits problèmes. Personne d’autre n’en a, c’est agréable de voir quelqu’un qui a moins de chance que moi. J’aime particulièrement lorsque vous vous plaignez de payer trop d’impôts, lorsque vous me parlez de vos dilemmes de placements pour votre dernier bonus, ou quand vous vous plaignez d’avoir eu trois jours de pluie lors de votre dernier week-end prolongé.
  • Attendez mon entretien annuel pour me dire ce que mes objectifs auraient dû être. Ne manquez pas de me rappeler tous mes manquements de façon à minimiser, voire à supprimer une augmentation qui, dans le meilleur des cas, n’a jamais dépassé le coût de la vie. Je ne suis pas ici pour l’argent… mais seulement pour l’honneur de vous servir.

Read Full Post »