Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Ce qui favorise le mobbing’ Category

Heureusement, toutes les entreprises ne sont pas gangrenées par le mobbing. Pour que le harcèlement soit possible :

1-  Il faut un individu au profil psychique particulier (dominateur, manipulateur ou pervers narcissique).

2-  Il faut que le type de management et l’organisation de l’entreprise encouragent les méfaits de l’individu en question.

Mon expérience, et celle de personnes que je connais personnellement ou via internet, indiquent que les entreprises où le mobbing se développe ont des caractéristiques similaires, dont voici les plus répandues :

– Le chef d’entreprise lui-même est méprisant envers son personnel, en particulier les femmes. Certains sont pervers narcissiques, misogynes, phallocrates ou juste très dominateurs, mais leur attitude méprisante se répercute en cascade à tous les niveaux de hiérarchie. Ce type de patron n’hésite pas à dénigrer et dévaloriser chacun. Il n’a aucune reconnaissance pour son personnel, insulte plus ou moins ouvertement, se flatte de voir les salariés le craindre et/ou chercher ses faveurs.

– Les instructions des managers (de tout niveau) ne sont pas claires. Le lundi on vous donne une directive, le mardi, la directive contraire.

– Les fonctions ne sont pas définies très clairement. Lorsqu’une tâche doit être effectuée, il est difficile de dire qui doit l’exécuter.

– L’organisation du travail n’est ni claire ni efficace.

– Les employés se lancent des peaux de bananes plutôt que d’être soudés.

– La communication interne est pervertie.

– Les conflits ne sont pas pris en charge, les supérieurs hiérarchiques laissent pourrir les relations. Les abcès ne sont jamais crevés et les problèmes de fond sont niés.

– La délation n’est pas réprouvée, elle est même encouragée.

– La charge de travail est trop importante ou les cadences ont été anormalement augmentées.

– Les employés doivent utiliser de nouveaux outils de travail sans formation ou avec une formation de façade.

– Ils vivent dans la course à la performance et travaillent trop ou attendent de savoir qui sera licencié la semaine suivante.

Toutes ces caractéristiques ne sont pas forcément identifiables (encore que, j’ai connu une telle structure qui répond à tous les points cités !).

Certains disent que c’est le marché du travail qui favorise le harcèlement moral. Bien sûr, un taux de chômage élevé, une grande précarisation des emplois (intérim, CDD), peur du licenciement, le salaire au mérite, quand il est appliqué, ne peuvent qu’encourager l’individualisation, les réflexes de protection et donc la dénonciation avec tout ce que cela implique. Sans oublier les fusions d’entreprises qui favorisent inévitablement les situations de harcèlement.

Cependant, je maintiens que les dégâts seront d’autant plus importants que l’organisation même de l’entreprise permettra ou encouragera ce comportement. Un chef d’entreprise despotique, un management « pourri » et des consignes qui ne sont pas claires ou contradictoires, voilà le cocktail minimum pour que les graines de harcèlement s’épanouissent.

Mais comme chacun le sait, en tant de guerre, lorsque la majorité se battait ou se taisait, une minorité résistait. Il y avait déjà un esprit de délation, de collaboration, mais il y avait aussi un esprit de résistance, parfois au péril de la vie des intéressés.

En conclusion, plus le « flou artistique » est répandu dans les instructions, dans les définitions de poste, dans la détermination du « qui fait quoi », plus on ignore les problèmes, plus la hiérarchie est tyrannique, plus le personnel se sent méprisé et cherche à se protéger individuellement, plus le terreau est fertile pour le mobbing.

Publicités

Read Full Post »